Dans les coulisses du Top 100 Amazon

Le Souffle Numérique

N.B : Le service dont il est question dans cet article a été sommé par Amazon de cesser ses activités en septembre 2013

Quand on parle du Kindle Store, et du livre numérique en général, on peut naïvement penser qu’il s’agit là d’un moyen unique pour les auteurs auto-édités de se faire connaître. On peut aussi penser que, comme l’affirment les fondements de l’Internet 2.0, l’édition numérique laisse la part belle au lecteur/internaute, qui devient juge et sélectionneur, et met en avant les livres de qualité qu’il a repérés grâce à ses notes ou à ses commentaires. Les meilleurs livres sont ainsi propulsés en haut des classements des plateformes de vente, comme par exemple dans le célèbre Top 100 Amazon,  qui révèle les meilleurs ventes Kindle.

Tout le monde s’y retrouve : grâce à la sélection des lecteurs, l’auteur indépendant qui produit des…

Voir l’article original 2 863 mots de plus

Même un androïde peut pleurer…

Bientôt la sortie en salle d’Avengers 2. Le fan de marvel de la première heure que je suis attend ce film avec impatience.

C’est l’occasion pour moi de vous faire un aveu : lorsque mes petits camarades lisaient « Oui-Oui contre Nono » ou « Martine pilote de chasse », je plongeais dans les aventures de Spiderman, Daredevil, Ironman et les autres en lisant « Strange », « Spidey » et « Nova ».

Certains adultes trouvaient ça stupide et voyaient d’un très mauvais oeil cette littérature américaine tout juste bonne à lobotomiser la jeunesse française. Et je passe sur les diatribes visant les séries nippones telles Goldorak ou Spectreman…

Aujourd’hui, je voudrais dire merci à Marvel. Pourquoi ? Hé bien car, des années après, je comprends toutes les analogies, tous les messages que les auteurs de l’époque voulaient faire passer. Il y a eu la persécution des X-men, dénonçant de manière à peine masquée, celle d’une certaine frange de la population durant la seconde guerre mondiale. Il y a eu maintes et maintes fois l’alerte quant au péril nucléaire (l’incroyable Hulk) et surtout l’impossibilité de nous comprendre entre humains (Civil War où les super-héros s’entre-tuent alors qu’ils sont censés lutter pour la même cause et marcher main dans la main).

Bon, et mon androïde alors ? Quand intervient il dans ce texte ? Je fais allusion au personnage de la vision, androïde (synthézoïde pour les puristes) qui malgré sa différence, arrive à se faire une place et à être accepté par les vengeurs. La différence, l’intégration et l’acceptation de l’autre…ému, Vision tourne les talons…mais Captain America a vu l’étincelle dans ses yeux :

androidcry