Quand John déclare sa flamme à sa banlieue

Hello ! Il y a 2 ans, en fouillant dans mes tiroirs, je suis tombé sur un vieux cahier d’écolier où était griffonnés de vieux croquis d’extraterrestres…sans savoir qu’il s’agissait des prémices d’une saga.

Là, rebelote, en mettant de l’ordre dans mon disque dur, je tombe sur ce slam, je le partage avec vous:

Montreuil,

 Elle est ma mère adoptive, mes pensées en elle sont captives,

Elle est mon récif, mon radeau rétif y a laissé une âme chétive

Mes printemps s’y comptaient au nombre de six…

Un automne, une cour, trois enfants, John, Ed  et Eskiv

Une complicité mue en amitié…une amitié mue en fraternité

Des éclats de rire autour d’un tourniquet, des défis lancés à la volée,

En ces jours, nos tours étaient parés de leurs plus beaux atours…

Aux vautours, sans détours, nous jouions de sales tours

Nous étions des héros, nos manteaux officiant tels des capes au parc Montreau,

Nous partagions nos maux au travers de l’échange de nos mots

Nos goûts dérangent, nous nous forgeons à la lecture de « Strange »

Goût d’orange, à la cantine nous chipions quignons de pains rances

Toujours amènes d’expériences, nous mimions les figures des Biomen

Mais manquions singulièrement de souplesse pour réellement faire de même…

Anxieux en attendant l’issue des combats livrés par le prince d’Euphor

Nous savions pourtant pertinemment qu’il était de toutes façons le plus fort…

Nous coulions des jours heureux devant la série Happy Days

Le pouce bien en l’air tel Fonzy, cool ! Nous étions à l’aise !

Pas encore de Pokemons ni de Digimons ni de digicodes

La rue avait certes ses lois mais nous un honneur gravé en un code

Nos frérots se nommaient Sébastien, Gwenaël mais aussi Aziz et Nasser

Encore à l’écart du monde fou des politiques maîtres de guerre….

Nous nous séparâmes alors que touchait à sa fin l’année au collège Politzer

Sépare âmes, âmes en peine, amorphe…amis adieu, adieu ma terre

Elle est ma mère adoptive, mes pensées en elle sont captives,

Elle est mon récif, mon radeau rétif y a laissé une âme chétive

Elle est ma cité, et mon cœur vibre de nostalgie à la citer…

De battre mon cœur a cessé…

Mes yeux se parent d’un linceul …

…Elle se nomme Montreuil…

montreuil-une-nouvelle-creche-sur-les-toits-de-la-ville-499

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s