Hymne à la pluie

Si tu savais ô mon amie, combien ton importance est grande
Toi pourtant la cible des diatribes les plus virulentes

Les occidentaux, dans leur grande majorité, t’abhorrent
Les peuplades du tiers-monde, anciennes comme nouvelles, t’adorent

Le gentil organisateur te couvrira toujours d’insultes
Le modeste agriculteur te voueras presque un culte

Tu fais grincer des dents l’amateur de grillades dominicales
Mais fais chanter la nature pour qui tu es vitale

Si tu t’invites parfois sans prévenir, les journées d’été
C’est l’hiver que tu rends fou de bonheur le skieur zélé

Ha, tous ces ingrats qui vénérent le soleil, rival et allié
Misant tout sur l’apparat, fier d’exhiber leur peau hâlée

Accordant à l’astre tout crédit, ils te jugent sans intérêt
Les fous ! Que ferions nous sans tes précieuses ondées ?

Telle la phalène, nous sommes leurrés par tout ce qui brille
Nous courbons l’échine en mirant la couleur or, serviles

Si tu savais ô mon amie, combien ton importance est grande
Toi pourtant la cible des diatribes les plus virulentes

Cette ode est pour toi, pluie, ma muse, mais aussi pour vous mes amis,
Qui vous sentez sans importance juste parce que des aveugles en ont décidé ainsi
Il y a d’autres manières de briller de mille et un feux
Il y aura toujours, quelque part, quelqu’un qui vous verra autrement qu’avec ses yeux.

John Renmann 05 mai 2015

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s