Je médite…

Assis sous un saule pleureur, tentant difficilement de contrôler mes pensées, omniprésentes et parasites. Lady Moon m’interpelle de sa voix douce et apaisante.

« Encore en train de rêvasser, John ? »

— Pas tout à fait, Lune, je médite

— Tu médites ? Et en quoi cela consiste ?

— J’essaie de ne penser à rien

— Tu essaies de ne penser à rien ?

— Oui la pensée c’est le mental, celui qui parvient à le taire s’élève parmi les sages.

— Ha ? Donc tu veux être sage ?

— En quelque sorte

— Alors celui qui ne pense à rien devient sage parmi les sages ?

— Disons que celui qui régule son mental comme il régule son souffle est sur la voie de l’éveil.

— Ha ? Donc tu veux t’éveiller ?

— Tu m’embrouilles Lune…

— Pas du tout, je viens de t’aider.

— Pardon ?

— Si tu veux être sage, il faut t’éveiller en ne pensant à rien. Les plus grands penseurs ne sont donc pas éveillés.

— Est-ce à dire qu’ils ne sont pas sages ?

— Là est toute la différence entre le mental, la pensée donc et le rêve, John…

— Heu…

— Tu es esclave de ton mental, mais maître de tes rêves, de ce que tu souhaites réaliser. Finalement, les penseurs les plus sages sont les rêveurs.

— Ouch…

— Bonne nuit apprenti rêveur…

balance-110850_640